Analyse du programme de santé de François Fillon

Mis en avant

François Fillon a présenté son programme santé . Il analyse assez justement l’impossibilité de poursuivre en l’état avec un système mixte à tous les niveaux : public et privé, financé à la fois par la Sécurité sociale et les assurances privées « complémentaires » (et par le reste à charge pour les ménages), géré à la fois par l’Etat et par la Sécurité sociale et dont les déficits s’accroissent avec le chômage, tandis que le remboursement de la dette est légué aux générations futures.

Il propose donc une mesure similaire au point 12 de la Charte pour une Santé solidaire (ci joint): la règle d’or de l’équilibre budgétaire de la Sécu. Lorsqu’un déficit est enregistré l’année n, l’année n+1 le déficit est comblé automatiquement par une augmentation des ressources ou/et par une diminution des dépenses. Encore faut-il que la décision soit prise après « débat avec les citoyens ». FF semble regretter « que dans les faits, la santé ne fasse pas l’objet d’un réel débat public » (page 10). Il s’agit toutefois d’un simple regret sans repentir de sa part pour la loi techno/bureaucratique dite HPST.

 

Mais pour sortir de la mixité complexe et coûteuse de notre système de santé, il y a plusieurs voies:

1) celle de l’étatisation, épouvantail des professionnels de santé libéraux.

2) celle de la privatisation et de la mise en concurrence sur le marché avec ses conséquences : plus d’inégalité, un peu moins de dépenses publiques mais beaucoup plus de dépenses privées

3) celle de la socialisation grâce à une Sécurité sociale renforcée avec un financement solidaire dédié, remboursant à au moins 80% un panier de soin solidaire , et cogérée par les représentants de l’Etat, des professionnels de santé et des usagers( cf la Charte pour une santé solidaire)

Lire la suite

Collaborer avec les associations de patients: l’exemple des Etats Généraux du Rein.

Mis en avant

Renaloo, association de patients créée en 2008, a pendant 2 ans ( 2012-2013) collaboré avec la Société Francophone de Dialyse et la Société de Néphrologie lors des Etats Généraux du Rein, qui ont permis de faire le bilan des progrès obtenus et restant à faire dans la prise en charge des patients insuffisants rénaux.

Etats-generaux-du-rein_vignette_articles

Le rapport de la Cour des comptes rendu public en septembre 2015 consacre son chapitre X à l’insuffisance chronique terminale. Lire la suite

Ambiguïté de la FHF et double langage de ses présidents

Mis en avant

La FHF se dit très déçue par la position du Sénat rejetant la définition du Service Public Hospitalier (SPH) proposée par la loi de santé. Les sénateurs veulent revenir à la loi HPST qui définissait le service public hospitalier par 14 missions (potentiellement délégables à la carte aux établissements privés), si bien que 70% de l’activité de l’hôpital public ne relevaient pas du service public, selon la loi HPST,
Cette activité devait  donc être  soumise  à la » libre concurrence ». D’où le projet de convergence tarifaire entre le public et le privé.

Lire la suite

Affaire Mediator: l’appel des 30

Mis en avant

La gravité de l’affaire  MEDIATOR  est sous estimée par beaucoup.
= mensonges, déni et maintenant multiplication des artifices procéduraux.
Les dégats sont considérables d’abord pour les victimes, mais aussi pour la  communauté médicale dans son ensemble.
 Le silence gêné des responsables des sociétés savantes ,sous prétexte que la pocédure judiciaire  est en cours, devient assourdissant.
 Il permet à tous les égos surdimensionnés et à tous les relativistes anti-scientifiques de développer leurs théories du complot et du tous pourris.   Au nom de la lutte contre la corruption , ils en profitent pour développer  leurs élucubrations contre les vaccins, contre les statines, pour la « patamédecine »…. »L’effet Even: combien de morts? »
Vous trouverez ici le manifeste  demandant à la communauté médicale de suspendre ses liens avec le laboratoire  Servier tant qu’il  ne reconnaîtra pas ses torts et n’acceptera pas d’indemniser les victimes sans multiplier les artifices de procédures. Merci de le signer.
André Grimaldi

Cash investigation: les commentaires d’André Grimaldi, Frédéric Pierru et Nicolas Belorgey

Mis en avant

André Grimaldi, médecin:

« Beaucoup m’ont demandé de commenter l’émission Cash Investigation consacrée à l’hôpital et aux statines.

1°) La première partie sur l’hôpital et sur les directeurs est assez caricaturale mais la dénonciation de la logique productiviste de la T2A conduisant à l » up-coding » m’a semblé assez bien vue, les commentaires du sociologue Frédéric Pierru m’ont paru excellents.
Néanmoins, l’émission n’a porté que sur l’hôpital public dont les personnels protégés par leur statut peuvent parler et non sur les établissements privés dont les professionnels sous contrat se taisent.

2°) La 2ème partie mélangeait perfidement 2 débats: celui sur les conflits d’intérêts et celui sur l’efficacité des statines.
On peut être convaincu de l’efficacité des statines et ne pas avoir de conflits d’intérêts. Et réciproquement, comme le montre le cas singulier de l’ex-président de l’institut privé Necker, grand accusateur des statines (il a dû démissionner précipitamment de sa présidence en raison de ses liens d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique qu’il dénonce ou loue, à la carte).
Ceci dit le pivot de l’argumentation reposait sur l’accusation de manipulation des données de l’étude Jupiter réalisée chez des personnes en prévention primaire.

Lire la suite

Approche médicale de la crise

Mis en avant

par Laurent Degos, en complément de sa chronique parue le 02/06/2015 dans La Croix

En période de crise, qui n’est en fait qu’une mutation due au progrès médical, chacun défend son pré carré et se réfère à des valeurs multiples, catégorielles, de contraintes financières, de défense de l’emploi, de sécurité, de qualité, et d’efficience. En fait la seule valeur en santé est le résultat médical obtenu après la prise en charge du patient. Lire la suite

Va-t-on vers une grève nationale des personnels hospitaliers?

Mis en avant

Pour mieux comprendre le caractère explosif de la situation, il faut écouter l’audition du Directeur de la DREES,  Mr Franck von Lennep, par la commission parlementaire présidée par madame la député Barbara  Romagnan, chargée d’étudier les effets de la réduction du temps de travail. Hélas la vidéo a été retirée aujourd’hui du site de l’Assemblée nationale
En substance le directeur de la DREES y rappelait:
1) que la « productivité » des hôpitaux n’a cessé d’augmenter depuis 2003
( » 2% par an » )

Lire la suite

Un rapt de 429 millions d’euros ?

Mis en avant

D’après la FHF le gouvernement  a détourné 429 millions des MIGAC . Ce faisant il a réduit le déficit de la Sécu en augmentant d’autant celui des hôpitaux publics, lesquels font de leur côté tout ce qu’ils peuvent  pour augmenter la facture à la Sécu (T2A oblige). L’APHP forme 15 codeurs supplémentaires chaque année !
Pour réduire le déficit des hôpitaux,  les directeurs après avoir vendu les bijoux de famille et raclé les fonds de territoire,  sont obligés de demander aux personnels de travailler plus sans gagner plus (en réduisant le nombre des  RTT) ou de supprimer des emplois au risque d’être contraints de réduire l’activité (on voit mal comment des syndicats pourraient être d’accord ). Gageons que Martin Hirsch sera finalement contraint de faire et l’un et l’autre. Il diminuera un peu le nombre de jours de RTT et diminuera les emplois ( moins que prévu)  .

Lire la suite

Communiqué de médecins et pharmaciens de l’AP-HP sur la réforme du temps de travail

Mis en avant

La direction de l’AP débute les négociations sur la réforme du temps de travail des personnels hospitaliers.
Nous sommes des médecins et pharmaciens hospitaliers attachés a l’hôpital public et à ses équipes, et partageons l’inquiétude exprimée par les personnels.
Nous avons déjà constaté depuis plusieurs années la dégradation des conditions de travail des équipes hospitalières. Lire la suite

Réponse à la réponse (des étudiants/CCA)

Chers collègues,

Merci de votre réponse témoignant de votre engagement pour un système de santé assurant l’égalité d’accès à des soins de qualité pour les patients grâce à un financement solidaire. Le principal risque actuellement est en effet la privatisation rampante du financement du système de soins en transférant la prise en charge des soins courants vers les assureurs privés, laissant à la Sécurité sociale la prise en charge des patients les plus pauvres et de ceux atteints des maladies les plus graves. Les membres des classes moyennes « bien portants » seraient ainsi amenés à payer deux fois : une fois leur assurance privée (mutuelle) pour eux et leur famille, et une fois la Sécu pour les autres. La solidarité n’y survivrait pas longtemps.

C’est une très bonne chose que vous ayez obtenu pour le tiers payant un flux unique de paiement piloté par l’Assurance maladie obligatoire. Merci d’avoir mené ce combat. Un pas de plus pourrait être l’adoption par vos organisations de la Charte pour une santé solidaire. Le chemin sera long pour que cette Charte finisse par s’imposer. Lire la suite